La prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée (PreParE majorée) : ce qu’il faut savoir !

COMPRENDRE LA PRESTATION PARTAGEE D’EDUCATION DE L’ENFANT MAJOREE

L’ESSENTIEL

  • Vous pouvez prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée si vous cessez votre activité professionnelle pour vous occuper de vos enfants.
  • La prestation partagée d’éducation de l’enfant est une aide financière versée tous les mois par votre Caisse d’allocations familiales ou par votre Mutualité sociale agricole. Par ailleurs, la durée de droit prévue pour cette prestation varie en fonction de votre situation.
  • Vous devez remplir des conditions d’attribution fixes pour pourvoir bénéficier de cette prestation.

Vous avez entendu parler de la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée ? Et vous vous demandez quelle est son utilité ? Sous quelles conditions peut-elle être versée ? Quel est son montant ? Quelle est la durée de son versement ? Plus précisément, comment ça marche ? Soyez rassuré. Nous répondons à l’ensemble de vos interrogations sur la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée juste ici ! 👇

La prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée : comment ça marche ?

A la naissance de votre enfant, vous pouvez bénéficier d’une aide financière de votre Caisse d’allocations familiales ou votre Mutualité sociale si vous arrêtez de travailler pour vous occuper de vos enfants.

Définition de la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée

💰 Vous pouvez prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée lors de l’arrivée de votre enfant. Tel est le cas notamment si vous cessez votre activité professionnelle pour vous occuper pleinement de l’éducation de vos enfants. En effet, à l’arrivée de votre enfant, vous avez le choix entre la prestation partagée d’éducation de l’enfant et la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée si vous arrêtez votre activité professionnelle pour vous occuper de vos enfants. Ces deux prestations sont différentes. En effet, vous pouvez prétendre à La PreParE seulement si vous réduisez ou cessez votre activité professionnelle. La PreParE majorée vous est attribuée si vous arrêtez totalement de travailler. Cependant, vous devez remplir des conditions fixes pour pour pouvoir en bénéficier. On vous en dit plus juste ici ! 👇

Conditions à remplir pour la PreParE majorée

📃 Les conditions à réunir pour prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant majorée sont les suivantes :

  • avoir au moins 3 enfants à charge ;
  • être certain de vouloir choisir la PreParE majorée. En effet, votre choix est définitif. Ainsi, si par exemple, vous optez pour la PreParE, vous ne pouvez pas par la suite revenir sur votre choix pour choisir la PreParE majorée.

Quels sont les montants et les démarches à accomplir pour demander la PreParE majorée ?

Le montant de la PreParE majorée est plus important que celui de la PreParE. Cependant, sa durée de versement est plus courte que celle de la PreParE. La durée de droit pour la PreParE majorée varie selon votre situation familiale. Que votre enfant soit né ou adopté, la durée de droit de la PrePare majorée ne diffère pas.

Montant et durée de la PreParE majorée

💰 Le montant de la PreParE majorée est de 651,85 euros par mois jusqu’au 31 mars 2022. En effet, il sera revu à partir de cette date.

Si vous vivez en couple, vous pouvez tous les deux bénéficiez de cette prestation. Vous la percevrez pendant 8 mois maximum et ce, dans la limite des 1 an de votre enfant.

Dans le cas contraire, si vous vivez seul(e) avec vos enfants, vous pouvez bénéficier de la PreParE majorée dans la limite du 1er anniversaire de votre enfant le plus jeune.

Par ailleurs, si vous avez deux enfants à charge ou plus, sachez que la durée de votre droit à la PreParE majorée sera réduite du nombre de mois qui vous sont indemnisés au titre de votre maternité, paternité, adoption ou maladie.

✏️ A noter : vous ne pouvez pas cumuler la PreParE majorée avec le complément de libre choix du mode de garde, avec le complément familial, l’allocation journalière de présence parentale, les indemnités journalières pour maternité, paternité, maladie et adoption.

Démarches à accomplir

📃 Quelles sont les démarches à faire pour demander à votre CAF ou MSA la PreParE majorée ? Vous devez effectuer vos démarches dès la fin de votre congé maternité ou d’adoption et dès l’instant que vous cessez de travailler. A cet égard, il vous suffit de remplir le formulaire Clca téléchargeable sur le site internet de votre CAF ou de votre MSA si vous dépendez du régime agricole.

Il vous faudra veiller à bien compléter ce document. Ensuite, vous devrez joindre à ce formulaire rempli l’ensemble des justificatifs demandés. Puis, il vous faudra les adresser à votre CAF ou à votre MSA.

💡 Pour rappel, si à la naissance de votre enfant, vous choisissez la PreParE majorée, vous ne pourrez plus changer d’avis pour opter pour la PreParE. Si vous souhaitez en savoir plus sur la PreParE, il vous suffit de cliquer ici !

La prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée : on vous dit tout !

COMPRENDRE LA PRESTATION PARTAGEE D’EDUCATION DE L’ENFANT MAJOREE

L’ESSENTIEL

  • Vous pouvez prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE) dès la naissance de votre enfant jusqu’aux 3 ans de votre enfant.
  • Vos droits à la prestation partagée d’éducation de l’enfant peuvent être prolongés.
  • Il vous faut remplir des conditions d’attribution fixées par votre CAF ou votre MSA pour bénéficier de la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée.

Bénéficiez-vous de la prestation partagée d’éducation de l’enfant ? Vous avez entendu parler de la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée ? Vous vous demandez si vous pouvez y prétendre ? Sous quelles conditions ? Pendant combien de temps ? Quelles sont les démarches à accomplir ? Soyez rassuré ! Avostart répond à l’ensemble de vos interrogations sur la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée !

La prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée : comment ça marche ?

👶 Vous pouvez bénéficier d’une aide financière de votre CAF ou de votre MSA si vous avez cessé ou réduit votre activité professionnelle pour vous occuper de votre enfant. En effet, cette prestation financière est la prestation partagée d’éducation de l’enfant. Néanmoins, sa durée de versement est limitée dans le temps. En effet, les versements cessent aux 3 ans de votre enfant. Cependant, vous pouvez bénéficier d’une prolongation de vos droits à cette prestation selon votre situation. A cet égard, vous devez remplir des conditions d’attribution fixées par votre CAF ou votre MSA. On vous en dit plus juste ici !

Les conditions d’octroi

La prolongation de la PreParE vous permet de continuer à percevoir cette aide financière au delà des 3 ans de votre enfant. Ainsi, vous pourrez vous occuper plus longtemps de votre enfant. La prolongation de cette prestation débute dès les 3 ans de votre enfant. Cependant, vous devez réunir un certain nombre de conditions pour en bénéficier. Ce sont les conditions suivantes :

  • avoir au moins 2 enfants à votre charge ;
  • bénéficier de la PreParE lors de votre demande ;
  • avoir préalablement fait une demande d’inscription en maternelle ou en crèche qui a été refusée ;
  • disposer de ressources 2019 inférieures au plafond de ressources fixé pour le complément familial.
Nombre d’enfants à votre chargePlafond de ressourcesPlafonds de ressources si les deux parents travaillent ou Parent isolé
2 enfants32 598 euros 41 333 euros
3 enfants39 118 euros47 853 euros
4 enfants45 638 euros54 373 euros
Par enfant supplémentaire6 520 euros6 520 euros

Vous remplissez l’ensemble des conditions pour prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée ? L’attribution de cette prestation n’est pas automatique. En effet, vous devez en effectuer la demande auprès de votre CAF ou votre MSA.

Les démarches à accomplir

📃 Les démarches que vous devez faire pour bénéficier de la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée sont les suivantes :

Vous devez déclarer le changement de votre situation professionnelle au près de votre caisse. A cette fin, il vous suffit de vous connecter à votre compte ou sinon de leur adresser un courrier.

Il vous faut également faire une déclaration sur l’honneur à votre caisse. Vous devez préciser au sein de votre déclaration que l’inscription de votre enfant à la maternelle a été refusée. Et, que vous souhaitez prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée.

Montant et versement de la prestation partagée d’éducation de l’enfant

💰 Le montant de la PreParE prolongée est exactement le même que celui de la PreParE. Aussi, il varie en fonction de votre situation. Ainsi, si vous avez cessé votre activité professionnelle, le montant de la prestation partagée d’éducation de l’enfant est de 398,79 euros par mois.

Il est de 257,80 euros par mois si vous continuez de travailler et que votre durée de travail est inférieure ou égale à un mi-temps. Enfin, le montant de la PreParE est de 148,72 euros par mois si votre durée de travail est comprise entre 50 % et 80 %.

✏️ A noter : la prestation d’éducation de l’enfant prolongée sera versée jusqu’au mois d’août suivant les 3 ans de votre enfant. En effet, le versement de cette prestation cessera dès l’entrée de votre enfant à l’école maternelle. Aussi, il cessera également si votre enfant est admis au sein d’un établissement habilité à accueillir de jeunes enfants.

Parents isolés : aides, allocations, quels sont vos droits ?

COMPRENDRE LES DROITS DES PARENTS ISOLES

L’ESSENTIEL

  • Vous vivez seul(e) et élevez seul(e) votre ou vos enfants. Vous êtes un parent isolé. Et, en tant que parent isolé, vous avez des droits.
  • Effectivement, les parents qui élèvent seuls leurs enfants peuvent bénéficier d’aides financières versées par la Caisse aux allocations familiales ou par la Mutualité sociale agricole.
  • Le versement de ces aides n’est pas automatique. En effet, vous devez faire la demande auprès de votre Caisse aux allocations familiales ou votre Mutualité sociale agricole.

Vous élevez seuls votre ou vos enfants ? Vous vous interrogez sur vos droits en tant que parent isolé ? Quels sont vos droits ? Sous quelles conditions pouvez-vous en bénéficier ? Quelles sont les démarches à accomplir ? Aucune inquiétude ! Soyez rassuré ! Avostart répond à l’ensemble de vos interrogation sur les droits des parents isolés.

L’allocation de soutien familial et l’aide à la garde d’enfants pour les parents isolés

👶 Les parents isolés élevant seuls leurs enfants peuvent bénéficier d’aides financières. En effet, la CAF et la MSA accordent des allocations spécifiques aux parents qui se retrouvent seuls avec un ou plusieurs enfants à charge et les femmes enceintes seules. Ainsi, en tant que parent isolé, vous pouvez bénéficier de l’allocation de soutien familial et d’une aide pour la garde de vos enfants.

L’allocation de soutien familial (ASF)

💰 L’allocation de soutien familial (ASF) est une aide financière versée par la CAF ou la MSA au parent qui se retrouve seul à élever son ou ses enfants sous certaines conditions. Sachez par ailleurs que nous n’êtes pas considéré comme étant un parent isolé si vous vivez en concubinage.

Le montant de l’allocation de soutien familial est de 116,11 euros par mois. Pour en bénéficier, vous devez réunir des conditions fixées par votre CAF ou votre MSA. En effet, vous devez vivre seul(e) et résider en France. De plus, vous devez avoir au moins un enfant à charge que vous élevez seul(e) depuis au moins un mois.

Par ailleurs, vous pouvez également bénéficier de l’allocation de soutien familial si vous percevez une pension alimentaire inférieure à 116,11 euros par mois.

Pour bénéficier de l’ASF, vous devez télécharger les formulaires cerfa n° 12038 et n° 11423 à retourner à votre caisse accompagnés des justificatifs demandés.

✏️ A noter : la CAF ou la MSA pourra agir à votre place pour le recouvrement des pensions alimentaires non versées par l’autre parent. En effet, elle pourra mettre en place une procédure de recouvrement auprès du parent défaillant.

L’aide à la garde d’enfants pour parents isolés (Agepi) au chômage

Pôle emploi verse aux parents isolés et demandeurs d’emploi qui reprennent une activité professionnelle ou suivent une formation, une aide pour la garde de leurs enfants. Vous devez remplir des conditions fixées par Pôle emploi pour en bénéficier. Ainsi, hormis votre qualité de parent élevant seul ses enfants, vous devez être demandeur d’emploi et vous allez reprendre une activité professionnelle. Sinon, vous êtes créateur. De plus, vous n’êtes pas indemnisé par Pôle Emploi ou vous percevez une allocation chômage inférieure ou égale à 29,56 euros.

La prestation d’accueil du jeune enfant

La prestation d’accueil du jeune enfant est une aide financière versée par la Caisse d’allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole aux parents à faibles ressources d’un enfant qui vient de naître pour les aider dans le financement des dépenses liées à l’éducation de leur enfant. En tant que parent isolé, vous pouvez bénéficier de cette prestation.

La PAJE comprend les aides suivantes :

👉 La prime à la naissance ou à l’adoption

Elle vous permet de faire face aux dépenses liées à l’arrivée de votre enfant (naissance et adoption).

👉 L’allocation de base

Cette prestation contribue au financement des dépenses liées à l’entretien et à l’éducation de votre enfant.

👉 Le congé parental

A l’occasion de l’arrivée d’un enfant dans votre foyer, le congé parental d’éducation permet aux parents salariés qui accueillent un enfant dans leur foyer de suspendre leur activité ou de diminuer leurs heures de travail, pendant un temps donné.

👉 Le complément libre choix mode de garde

Cette prestation compense les frais de garde d’un enfant chez une assistante maternelle agréée ou une garde à domicile.

L’attribution de ces prestations est soumise à des plafonds de revenus fixés par votre CAF ou votre MSA. Le plafond de ressources exigé pour les parents isolés est le même que celui d’un couple dont les 2 parents exercent une activité professionnelle.

💡 Bon à savoir : les parents isolés bénéficient d’un coup de pouce fiscal. En effet, vous pouvez bénéficier d’une demi part supplémentaire pour le calcul de votre impôt sur le revenu si vous exercez une activité professionnelle. A cet égard, lors de la déclaration de vos impôts, il vous suffira simplement de cocher la case « parent isolé ».

La prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE) : comment ça marche ?

COMPRENDRE LA PRESTATION PARTAGEE D’EDUCATION DE L’ENFANT

L’ESSENTIEL

  • Vous pouvez prétendre à la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE) dès la naissance de votre enfant.
  • Vous y avez droit si vous avez cessé ou réduit volontairement votre activité professionnelle pour vous occuper de votre ou vos enfants.
  • L’attribution de la prestation partagée d’éducation de l’enfant n’est pas automatique. Vous devez remplir un ensemble de conditions fixées par votre CAF ou votre MSA.

Vous avez entendu parler de la prestation partagée d’éducation de l’enfant ? Et vous vous demandez quelle est son utilité ? Sous quelles conditions peut-elle être versée ? Quel est son montant ? Quelle est la durée de son versement ? Concrètement, comment ça marche ? Aucune inquiétude à avoir. Nous répondons à l’ensemble de vos interrogations sur la prestation partagée d’éducation de l’enfant juste ici ! 👇

La prestation partagée d’éducation de l’enfant : comment ça fonctionne ?

Vous pouvez bénéficier d’une aide financière de votre CAF ou de votre MSA si vous avez cessé ou réduit votre activité professionnelle pour vous occuper de votre enfant. En effet, cette prestation financière est la prestation partagée d’éducation de l’enfant. Vous pouvez y prétendre dès votre premier enfant. Néanmoins, vous devez remplir certaines conditions pour y avoir droit. Nous vous les expliquons juste ici. 👇

Conditions à remplir

Vous pouvez bénéficier de la PreParE dès votre premier enfant. Les conditions à réunir sont suivantes :

  • remplir les conditions générales pour avoir droit aux prestations familiales ;
  • avoir à votre charge un enfant de moins de 3 ans ;
  • ou avoir adopté un enfant de moins de 20 ans ;
  • avoir cessé de travailler ou ne travailler qu’à temps partiel ;
  • justifier d’au moins 8 trimestres de cotisations vieillesse.

✏️ A noter : vous devez justifier d’au moins 8 trimestres de cotisations vieillesse dans les 2 dernières années si c’est votre 1er enfant. Dans les 4 dernières années si vous avez 2 enfants. Et, dans les 5 dernières années si vous avez 3 enfants ou plus.

💡 Bon à savoir : les congés maladie et maternité indemnisés ainsi que les formations professionnelles rémunérées sont pris en compte dans les trimestres de cotisations. Il en est de même pour les périodes indemnisées au titre du chômage (exception faite cependant pour votre dernier enfant) et les périodes antérieures de perception du complément de libre choix d’activité ou de la prestation partagée d’éducation de l’enfant.

Quelles démarches pour bénéficier de la prestation partagée d’éducation de l’enfant ?

Les démarches sont à faire lorsque vous serez arrivée à la fin de votre congé maternité ou d’adoption et dès que vous cessez ou réduisez votre activité professionnelle. A cet égard, il vous suffira de remplir le formulaire de demande de PreParE. Il est téléchargeable sur le site de votre caisse. Il vous faudra veiller à le compléter et à le signer avant de l’adresser à votre caisse accompagné des différents justificatifs demandés.

Montant

Le montant de la prestation partagée d’éducation de l’enfant varie selon votre situation professionnelle. Ainsi, il est de 398,79 euros par mois si vous avez cessé de travailler pour éduquer votre enfant. Et, il est de 257,80 euros par mois si vous avez réduit votre activité professionnelle. Toutefois, votre durée de travail doit être inférieure ou égale à un mi-temps. Enfin, le montant de la prestation partagée d’éducation de l’enfant est de 148,72 euros par mois si votre durée de travail est comprise entre 50 % et 80 %.

✏️ A noter : ces montants sont valables jusqu’au 31 mars 2022.

Durée de la prestation partagée d’éducation de l’enfant

La durée de cette prestation varie selon votre situation familiale.

En cas de naissance

👪 S’il s’agit de votre 1er enfant et que :

  • Vous vivez en couple : vous et votre époux(se), conjoint ou partenaire de PACS, pouvez bénéficier chacun de la PreParE pendant 6 mois maximum. La limite de versement est la date du 1er anniversaire de votre enfant.
  • Vous êtes parent isolé : vous pouvez bénéficier de la PreParE jusqu’au 1er anniversaire de votre enfant. Vous pouvez y prétendre dès que vous cessez de travailler.

Enfin, si vous aviez déjà minimum 1 enfant et que :

  • Vous vivez en couple : vous et votre époux(se), conjoint ou partenaire PACS, pouvez bénéficier chacun de la PreParE pendant 24 mois. La limite est la date du 3e anniversaire de votre enfant dernier né.
  • Vous êtes parent isolé : vous pouvez bénéficier de la PreParE jusqu’au 3e anniversaire de votre enfant. Votre droit à la PreParE est ouvert dès votre cessation d’activité ou à partir du 2e mois selon le jour où vous arrêtez de travailler.

Vous avez des triplés, des quadruplés ou plus et :

  • Vous vivez en couple : chacun des parents peut bénéficier de la PreParE pendant 48 mois maximum. La limite est le 6e anniversaire de vos enfants.

💡 Bon à savoir : la prestation partagée d’éducation de l’enfant peut être prolongée en fonction de votre situation. C’est ce qu’on appelle la prestation partagée d’éducation de l’enfant prolongée.

En cas d’adoption

👪 La durée de versement de la prestation partagée d’éducation de l’enfant varie selon le nombre d’enfants que vous avez. Ainsi, si :

  • C’est votre 1er enfant : vous ainsi que votre époux(se), conjoint, partenaire de PACS pouvez bénéficier de cette prestation pendant les 12 premiers mois de présence de l’enfant au sein de votre foyer.
  • Vous aviez déjà un autre enfant ou plus à votre domicile : vous ainsi que votre époux(se), conjoint, partenaire de PACS pouvez bénéficier de cette prestation pendant les 12 premiers mois de présence de l’enfant au sein de votre domicile. Si au delà de ces 12 mois, l’enfant n’a pas eu 3 ans, votre droit à la PreParE pourra être prolongé jusqu’à ses 3 ans.
  • Vous venez d’adopter 3 enfants en même temps : vous ainsi que votre époux(se), conjoint, partenaire de PACS pouvez bénéficier de la PreParE pendant les 36 premiers mois de présence de ces 3 enfants au sein de votre foyer.

✏️ A noter : si vous avez plus de 2 enfants, la durée de vos droits à la PreParE est diminuée du nombre de mois qui vous ont été indemnisés au titre de votre congé adoption.

💡Bon à savoir : vous avez le choix entre la PreParE et la PreParE majorée si vous cessez complètement de travailler pour vous occuper de votre enfant.

La prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) : comment ça marche ?

COMPRENDRE LA PRESTATION D’ACCUEIL DU JEUNE ENFANT

L’ESSENTIEL

  • Vous pouvez bénéficiez de la prestation d’accueil du jeune enfant si vous attendez un enfant ou que vous en adoptez un.
  • Cette prestation appelée également PAJE est une aide financière versée par la Caisse d’allocations familiales (CAF). C’est un dispositif de la CAF soumis à des conditions de ressources, d’âge et de nombre d’enfants.
  • La prestation d’accueil du jeune enfant est constituée de plusieurs prestations dont la prime à la naissance, la prime à l’adoption, l’allocation de base, la prestation partagée d’éducation de l’enfant, etc.

Vous vous demandez ce qu’est la prestation d’accueil du jeune enfant ? Qui peut en bénéficier ? Comment en bénéficier ? Quelles sont les conditions à remplir ? Quel est son montant ? A quel moment reçoit-on le versement ? N’ayez aucune inquiétude ! Avostart reste focus sur vos droits. Nous répondons à l’ensemble de vos interrogations sur la prime d’accueil du jeune enfant juste ici !

La PAJE : définition

💰 La PAJE ou prestation d’accueil du jeune enfant est une aide financière versée par la Caisse d’allocations familiales aux parents d’un enfant qui vient de naître. Les parents qui viennent d’adopter un enfant peuvent aussi en bénéficier.

Comment ça marche ?

Ce dispositif comprend plusieurs autres aides financières. En effet, on trouve au sein de la PAJE les prestations suivantes :

  • la prime à la naissance ou à l’adoption : elle vous permet de faire face aux dépenses liées à la naissance ou à l’arrivée de votre enfant ;
  • l’allocation familiale de base : cette prestation est une aide financière pour les dépenses liées à l’entretien et à l’éducation de votre enfant ;
  • la prestation partagée d’éducation de l’enfant : il s’agit d’une prestation que vous percevez dès la naissance ou l’arrivée de votre enfant. Vous la percevez si vous avez cessé ou réduit votre activité professionnelle pour vous occuper de votre enfant ;
  • le complément de libre choix du mode de garde : vous pouvez le percevoir si vous faites garder votre ou vos enfants âgé(s) de moins de 6 ans par une assistance maternelle agréée, une garde à domicile ou une micro-crèche.

💡 Bon à savoir : ces prestations sont cumulables. Ainsi, vous pouvez être bénéficiaire de l’allocation familiale de base mais aussi du complément de libre choix du mode de garde.

Toutefois, seul un parent reçoit le versement de ces prestations par la CAF ou la MSA. En effet, vous ne pouvez pas vous et votre époux(se), conjoint, partenaire de PACS, percevoir tous les deux les mêmes allocations.

Par ailleurs, l’octroi de la prestation d’accueil du jeune enfant n’est pas automatique. En effet, vous devez remplir les conditions d’attribution fixées par votre caisse. Nous vous les expliquons juste ici.

Les conditions à remplir

Les prestations de la CAF ou de la MSA sont soumises à des conditions. Il en est de même pour la prestation d’accueil du jeune enfant. Ces conditions sont liées :

  • aux ressources de votre foyer
  • au nombre d’enfants que vous avez à charge
  • à l’âge de vos enfants
  • à la justification d’un certain nombre de trimestre de cotisations à l’assurance vieillesse
  • au fait que vous soyez en congé total ou partiel.

✏️ A noter : les prestations de la CAF y compris la PAJE, sont soumises à des plafonds de revenus.

Quelles sont les démarches à faire ?

Les démarches

📃 Le versement de la PAJE n’est pas automatique. En effet, comme l’ensemble des prestations sociales, vous devez en faire la demande auprès de votr CAF ou de votre MSA. A cet égard, vous bénéficiez d’un simulateur sur le site internet de la CAF. Cela vous permet de tester votre éligibilité à la PAJE avant d’en effectuer la demande.

Par ailleurs, il importe de déclarer votre grossesse à la CAF ou à la MSA dans les 14 premières semaines de grossesse. Un formulaire de déclaration de grossesse téléchargeable sur leur site internet respectif existe. Votre déclaration de grossesse auprès de votre caisse, vous permet de percevoir les prestations auxquelles vous avez droit au plus vite.

Les prestations de la PAJE sont versées par l’organisme dont vous dépendez. Cela peut être la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA).

Le montant et la durée de versement ?

💰 Le montant des prestations de la PAJE varient d’une prestation à une autre. De plus, elles sont conditionnées par les ressources de votre foyer, le nombre d’enfants que vous avez, leur âge, etc.

Quand perçoit-on la PAJE ? La durée de versement des prestations de la PAJE varie d’une prestation à une autre. Ainsi, vous percevez qu’un versement pour la prime à la naissance. L’allocation de base est versée à partir du 2e mois de votre enfant. Vous pouvez bénéficier de la prestation partagée d’éducation de l’enfant jusqu’aux 3 ans de votre enfant maximum. Quant au complément du mode de garde, il est versé jusqu’aux 6 ans de votre enfant s’il est gardé par une assistante maternelle agréée ou une garde à domicile. En cas d’adoption, ces limites d’âge sont différentes. Si votre enfant décède, l’allocation de base sera prolongée de 3 mois après le décès.

💡 Bon à savoir : les prestations de la PAJE ne sont pas imposables.

La prime à la naissance ou à l’adoption 2021 : comment ça marche ?

COMPRENDRE LA PRIME A LA NAISSANCE OU A L’ADOPTION

L’ESSENTIEL

  • La prime à la naissance ou à l’adoption, est une prestation financière versée par la Caisse aux allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole pour vous aider préparer la naissance ou l’arrivée de votre enfant.
  • Vous devez remplir des conditions strictes pour en bénéficier.
  • Son versement n’est pas automatique. En effet, vous devez en formuler la demande.

Vous attendez un heureux événement ? Une naissance ou une adoption à venir prochainement ? Vous avez entendu parler de la prime à la naissance ou à l’adoption ? Vous vous demandez comment ça fonctionne ? Qui peut en bénéficier ? Sous quelles conditions ? A quel moment est-elle versée ? N’ayez aucune inquiétude ! Avostart reste focus sur vos droits ! Nous répondons à l’ensemble de vos interrogations sur la prime à la naissance ou la prime à l’adoption.

La prime à la naissance ou à l’adoption : définition

💰 La prime à la naissance ou à l’adoption est une aide financière versée par votre CAF ou votre MSA. Elle fait partie des prestations de la PAJE (prestation d’accueil du jeune enfant). Elle vous permet de faire face aux dépenses liées à l’arrivée de votre enfant (naissance ou adoption). L’attribution de la prime à la naissance ou à l’adoption est soumise à plusieurs conditions. En effet, son octroi n’est pas automatique. Nous vous expliquons les conditions à réunir juste ici !

Conditions à remplir

Vous devez réunir un certain nombre de conditions d’attribution pour pouvoir prétendre à la prime à la naissance ou à l’adoption. Ce sont les suivantes :

  • vous remplissez l’ensemble des conditions générales permettant de bénéficier des prestations familiales ;
  • vous devez déclarer votre grossesse à votre CAF ou à votre MSA et à votre caisse d’assurance maladie dans les 14 premières semaines ;
  • les ressources 2019 de votre foyer ne doivent pas dépasser le plafond correspondant à votre situation.

Votre demande sera étudiée au cours de votre 6e mois de grossesse.

✏️ A noter : le plafond fixé par votre caisse varie selon votre situation familiale. En effet, il est plus important si vous vivez seul(e). Il en est de même si vous vivez en couple et que vous, ainsi que votre époux(se), conjoint ou partenaire de PACS, avez perçu des revenus professionnels d’au moins 5 511 euros en 2019. Pour vous aider à y voir plus clair, observez le tableau ci-suit :

Plafonds de ressources 2021Couple avec 1 seul revenuCouple avec 2 revenus ou Parent isolé
1 enfant32 455 €42 892 €
2 enfants38 946 €49 383 €
3 enfants46 735 €57 172 €
Par enfant supplémentaire7 789 €7 789 €
Plafonds de ressources 2021

Vous remplissez l’ensemble des conditions requises pour bénéficier de la prime à la naissance ou à l’adoption ? Vous vous demandez quel est son montant ? Nous vous expliquons tout cela juste ici.

Montant et versement de la prime

💰 Le montant de la prime à la naissance est de 948,28 euros. Ce montant sera revu à la hausse. Il n’est valable que jusqu’au 31 mars 2022. Vous attendez plusieurs naissances ? Vous percevrez autant de primes de naissance que d’enfants (jumeaux, triplés ou plus).

Et le montant de la prime à l’adoption ? Il est de 1 896,57 euros. Il n’est valable lui aussi que jusqu’au 31 mars 2022. En effet, il sera réévalué tout comme la prime à la naissance.

Vous recevrez la prime (naissance ou adoption) avant la fin du 2ème mois de naissance ou de justification de votre fin de grossesse. Vous la percevrez en même temps que l’allocation de base de la PAJE si vous en êtes bénéficiaire.

Comment demander la prime à la naissance ou à l’adoption ?

La prime (naissance ou adoption) vous sera versée par la CAF ou la MSA dont vous êtes allocataire. Si vous n’êtes pas encore allocataire, il vous suffit de faire une demande de prime de naissance ou d’adoption en remplissant le formulaire cerfa 11423*06 téléchargeable sur internet.

Par ailleurs, vous pouvez demander à votre caisse la prime à l’adoption par simple courrier. Vous devrez à accompagner votre demande de l’ensemble des justificatifs demandés (justificatifs attestant de la décision de vous confier l’enfant que vous souhaitez adopter).

Démarches pour un enfant adopté en France

👉 Pour un enfant adopté en France, vous devrez joindre à votre courrier de demande de la prime d’adoption, les documents suivants :

  • l’attestation des services de l’aide sociale à l’enfance ou tout organisme autorisé indiquant la date de placement de l’enfant au sein de votre foyer et le nom de la famille d’accueil ;
  • la copie de l’extrait du procès-verbal de la délibération du Conseil de Famille des pupilles de l’Etat.

Procédure à suivre pour un enfant né à l’étranger

Vous adoptez un enfant à l’étranger ? Ou dans un pays qui ne fait pas partie de l’espace Schengen ? Alors, il vous suffit de joindre à votre courrier de demande de prime les justificatifs suivants.

👉 Pour un enfant faisant partie d’un Etat membre de l’espace Schengen:

  • une photocopie de votre agrément en vue d’adoption. Il vous est délivré par le président du conseil départemental de votre lieu de résidence ;
  • une copie de la décision d’adoption ou de placement en vue d’adoption de son pays de provenance ;
  • une photocopie d’une pièce d’identité de l’enfant en vue d’adoption ;
  • l’accord à la poursuite de la procédure (APP) effectué par les autorités françaises.

👉 Pour une adoption hors espace Schengen :

  • une photocopie de votre agrément en vue d’adoption ;
  • une copie du passeport de l’enfant en vue d’adoption ou tout autre document officiel de son pays d’origine sur lequel figure le visa accordé par la Mission de l’adoption internationale (MAI). Ce visa permet d’attester de la régularité du séjour de l’enfant en France. De plus, il constitue également le point de départ de son arrivée en France.

💡 Bon à savoir : sachez qu’à la naissance ou à l’arrivée de votre enfant, vous pourrez percevoir l’allocation de base de la PAJE. Pour en savoir plus sur l’allocation de base, il vous suffit juste de cliquer ici !

L’allocation de base 2021 : faisons le point !

COMPRENDRE L’ALLOCATION DE BASE

L’ESSENTIEL

  • L’allocation de base est une aide financière versée par la Caisse d’allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole dont vous êtes allocataire.
  • Elle contribue au financement des dépenses liées à l’entretien et à l’éducation de votre enfant.
  • Elle est versée sous certaines conditions de ressources.

Vous avez entendu parler de l’allocation de base ? Vous vous demandez à quoi elle sert ? A qui est-elle destinée ? Pouvez-vous en bénéficier ? Sous quelles conditions ? Quel est son montant ? Quelle est sa durée de versement ? Aucune inquiétude ! Soyez rassuré ! Avostart répond à l’ensemble de vos interrogations sur l’allocation de base.

L’allocation de base : comment ça marche ?

💰 L’allocation de base fait partie des prestations proposées par la prestation d’accueil du jeune enfant. Cette aide financière est versée par votre CAF ou votre MSA. Il s’agit d’un soutien pour vous aider dans le financement des dépenses liées à l’entretien et à l’éducation de votre enfant.

Son attribution n’est pas automatique. En effet, vous devez remplir un certain nombre de conditions d’attribution pour en bénéficier. Nous vous les expliquons juste ici.

Quelles sont les conditions d’attribution ?

📃 L’allocation de base de la PAJE est versée sous conditions. Vous pouvez en faire la demande si vous réunissez les conditions suivantes :

  • vous avez un enfant à charge de moins de 3 ans
  • les revenus de votre foyer sont inférieurs à un certain plafond. Ce plafond est déterminé en fonction de votre situation familiale. Nous vous invitons à regarder le tableau ci-suit pour y voir plus clair.
Nombre d’enfant(s) à votre chargeCouple avec 1 revenuCouple avec 2 revenus
1 enfant32 455 €42 892 €
2 enfants38 946 €49 383 €
3 enfants46 735 €57 172 €
Par enfant supplémentaire7 789 €7 789 €
Plafond de ressources pour un couple
Nombre d’enfant(s) à votre chargePlafond de ressources
1 enfant42 892 €
2 enfants49 383 €
3 enfants57 172 €
Par enfant supplémentaire7 789 €
Plafond de ressources pour un parent isolé

Comment demander l’allocation de base de la PAJE ?

L’attribution de l’allocation de base de la PAJE n’est pas automatique. En effet, vous devez en formuler la demande auprès de votre CAF ou de votre MSA. A cet égard, vous devez adresser à votre caisse les documents suivants :

  • une photocopie lisible des pages de votre livret de famille
  • un extrait ou une copie intégrale de l’acte de naissance de votre enfant de moins de 3 ans.

Montant et durée de versement

💰 Le montant mensuel de l’allocation varie selon votre situation familiale. Ainsi, si vous êtes un parent isolé, son montant sera plus important. Il sera moindre si vous vivez en couple. En effet, il est fonction de votre situation familiale et de vos ressources. Les tableaux suivants vous aideront à y voir plus clair.

Montant de l’allocation de base pour un parent isolé

Nombre d’enfant(s) à votre chargeRevenusMontant
1 enfantinférieurs à 35 900 €171,91 €
1 enfantentre 35 900 € et
42 892 €
85,95 €
2 enfants inférieurs à 41 333 €171,91 €
2 enfantsentre 41 333 € et
49 383 €
85,95 €
3 enfantsinférieurs à 47 853 €171,91 €
3 enfantsentre 47 853 € et 57 172 €85,95 €
Montant de l’allocation de base en fonction des revenus pour un parent isolé

Montant de l’allocation de base pour un couple

Nombre d’enfant(s) à votre chargeRevenusMontant
1 enfantinférieurs à 27 165 €171,91 €
1 enfantentre 27 165 € et
32 455 €
85,95 €
2 enfantsinférieurs à 32 598 €171,91 €
2 enfantsentre 32 598 € et
38 946 €
85,95 €
3 enfantsinférieurs à 39 118 €171,91 €
3 enfantsentre 39 118 € et
46 735 €
85,95 €
Montant de l’allocation de base en fonction du revenu pour un couple avec 1 revenu
Nombre d’enfant(s) à votre chargeRevenusMontant
1 enfantinférieurs à 35 900 €171,91 €
1 enfantentre 35 900 € et 42 892 €85,95 €
2 enfantsinférieurs à 41 333 €171,91 €
2 enfantsentre 41 333 € et 49 383 €85,95 €
3 enfantsinférieurs à 49 383 €171,91 €
3 enfantsentre 47 853 € et 57 172 €85,95 €
Montant de l’allocation de base en fonction des revenus pour 1 couple

Durée de versement

L’allocation de base est versée tous les mois à partir du 1er jour suivant la naissance ou l’arrivée de votre enfant. Son versement cesse à ses 3 ans. En effet, elle est versée jusqu’au mois précédant les 3 ans de votre enfant. Ainsi, par exemple, si votre enfant est né le 1er août 2021, l’allocation de base cessera le 1er juillet 2024.

💡 Bon à savoir : vous percevrez autant d’allocations de base que d’enfants en cas de naissance multiple. De plus, cette allocation est cumulable avec certaines prestations de la PAJE. Ainsi, à titre d’exemple, elle peut être cumulée avec l’allocation journalière de présence parentale. Mais, elle n’est pas cumulable avec le complément familial.

Enfin, il importe de signaler à votre CAF ou à votre MSA, tout changement de votre situation familiale ou de domicile. A cette fin, il vous suffira de vous connecter à votre compte CAF ou MSA ou de leur envoyer un courrier avec justificatifs à l’appui.

L’assurance multirisques habitation : comment ça marche ?

COMPRENDRE L’ASSURANCE MULTIRISQUES HABITATION

L’ESSENTIEL

  • En tant que locataire ou propriétaire, vous pouvez souscrire à une assurance multirisques habitation adaptée à vos besoins.
  • C’est un contrat multi garanties qui couvre votre patrimoine familiale en cas de sinistre.
  • Son coût varie en fonction de l’assureur et de la formule choisis.

Vous êtes locataire ou propriétaire et vous souhaitez souscrire à une assurance multirisques habitation ? Vous vous interrogez sur l’opportunité d’une telle souscription ? Quelles sont les garanties de l’assurance multirisques habitation ? Quel est son coût ? Soyez rassuré ! Avostart répond à l’ensemble de vos interrogations sur l’assurance multirisques habitation. 😊

L’assurance multirisques habitation : comment ça marche ?

🏘 L’assurance habitation est facultative pour les propriétaires sauf en cas de copropriété. Cependant, pour les locataires, elle est obligatoire. En effet, en tant que nouveau locataire, vous signez un bail pour vous engager auprès de votre bailleur. A cet égard, vous avez des obligations envers votre lui. Vous devez protéger votre logement. C’est la raison pour laquelle vous devez souscrire à une assurance habitation pour vous couvrir des risques locatifs. Il existe plusieurs formules d’assurance habitation dont l’assurance multirisques habitation. On vous explique tout ce que vous devez savoir sur ce type d’assurance juste ici ! 😊

Les garanties de la multirisques habitation

L’assurance multirisques habitation couvre les risques auxquels votre habitation est exposée. De plus, cette garantie couvre l’ensemble des personnes qui résident sous votre toit. Elle possède plusieurs garanties. Ainsi, distingue-t-on des garanties principales et des garanties optionnelles.

Les garanties de base

💥 Les principales garanties de l’assurance multirisques habitation sont les garanties :

  • dégât des eaux : elle couvre les conséquence des dégâts des eaux (en cas de fuite d’eau, débordement des canalisations, rupture des conduits, infiltration, etc.)
  • incendie : elle vous couvre des conséquences d’un incendie, d’une implosion, d’une explosion, de la chute d’une foudre, etc.
  • bris de glace : cette garantie couvre les conséquences matériels d’un bris de glace (fissures, bris, etc.)
  • vol et vandalisme : elle vous couvre en cas de dommages matériels résultant d’un vol ou d’un acte de vandalisme.
  • catastrophe naturelle : cette garantie assure vos biens contre tout incendie, dégât des eaux, vol et tout autre dégât résultant d’une catastrophe naturelle.

✏️ A noter : lors de la signature de votre bail en tant que locataire, votre propriétaire vous demandera une attestation d’assurance locative. De plus, chaque année, à chaque renouvellement de votre bail, il peut vous demander l’attestation de renouvellement de votre assurance habitation.

Les garanties optionnelles

🏘 A ces principales garanties, peuvent s’ajouter des garanties optionnelles. L’assurance multirisques habitation s’adapte à votre situation et à vos besoins. En effet, vous pouvez souscrire à une protection juridique, à une protection contre les dommages électriques. De plus, vous pouvez également bénéficier d’une assurance scolaire pour vos enfants, d’une garantie contre les catastrophes technologiques ou une assurance des actes de terrorisme ou d’attentat. Vous pouvez aussi opter par exemple pour une assurance autre matériel de loisirs, une assurance panne électroménager ou encore une assurance piscine, etc.

✏️ A noter : il vous appartient en cas de sinistre de le déclarer à votre assureur. Vous devez le faire dans les délais légaux c’est-à-dire au plus tard dans les 5 jours où vous en avez connaissance ; dans les 2 jours en cas de vol ; et au plus tard dans les 10 jours suivant l’arrêté interministériel en cas de catastrophe naturelle. Vous devez joindre à votre déclaration tout justificatif permettant votre indemnisation.

Comment souscrire à cette assurance habitation ?

🏡 Vous pouvez souscrire à une assurance multirisques habitation auprès de votre assureur habituel (auto par exemple). Le coût de cette assurance varie en fonction de l’assurance et des options choisis.

A cet égard, il importe de se renseigner auprès de plusieurs assureurs avant de souscrire à une assurance multirisques habitation. En effet, vous devez rester attentif aux éléments suivants avant toute souscription :

  • le montant de la prime
  • les garanties de base incluses dans votre contrat multirisques d’habitation
  • les éléments couverts
  • les éléments optionnels
  • les exclusions de garantie
  • la ou les franchises en cas de sinistre.

💡 Bon à savoir : plusieurs simulateurs existent sur internet pour vous aider dans votre choix.

✏️ A noter : l’assurance multirisques habitation est tacite reconduction. Ainsi, chaque année, elle est renouvelée automatique. De fait, votre attestation d’assurance est automatiquement mise à jour. Par ailleurs, sachez que vous pouvez résilier votre contrat d’assurance habitation à tout moment.

Il existe une assurance pour les propriétaire bailleurs. Cette assurance permet de protéger votre bien s’il s’avère que votre locataire n’est pas protégé. Pour en savoir plus, il vous suffit de cliquer ici !

L’allocation de rentrée scolaire 2021 : conditions, montant, date de versement, on vous dit tout !

COMPRENDRE L’ALLOCATION DE RENTREE SCOLAIRE

L’ESSENTIEL

  • L’allocation de rentrée scolaire (ARS) est une prestation versée par la Caisse d’allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole.
  • C’est un soutien pour vous aider à financer les dépenses occasionnées par la rentrée scolaire de votre ou vos enfants.
  • Son montant varie selon votre situation familiale et vos ressources. Son versement aura lieu cette année le 17 août 2021.

C’est bientôt la rentrée scolaire. Vous avez entendu parler de l’allocation de rentrée scolaire ? Vous vous demandez si vous y avez droit ? Sous quelles conditions pouvez vous en bénéficier ? Quel est son montant ? A quelle date sera-t-elle versée ? Soyez rassuré ! Avostart répond à l’ensemble de vos interrogations sur l’allocation scolaire !

L’allocation de rentrée scolaire : pour qui ? Comment ?

L’allocation de rentrée scolaire (ARS) est une prestation de la Caisse d’allocations familiales ou la Mutualité sociale agricole. Son objectif est de vous soutenir financièrement dans les dépenses liées à la rentrée scolaire de votre ou de vos enfants âgé(s) entre 6 et 18 ans.

Conditions d’attribution

🏫 Les conditions à réunir pour bénéficier de l’allocation de rentrée scolaire sont les suivantes :

  • remplir l’ensemble des conditions générales permettant de bénéficier des prestations familiales
  • avoir à votre charge un ou plusieurs enfants scolarisés âgés entre 6 et 18 ans.
  • vos ressources de l’année 2019 ne doivent pas dépasser un certain plafond. Observez le tableau ci-suit pour y voir plus clair sur le plafond à ne pas dépasser !
Nombre d’enfant(s) à votre chargePlafond
1 enfant25 319 €
2 enfants31 162 €
3 enfants37 005 €
Par enfant supplémentaire5 843 €
Plafond de ressources 2019 en fonction du nombre d’enfant(s) à charge

A Mayotte, les plafonds de ressources exigés sont différents. De plus, l’allocation de rentrée scolaire dans ce département d’outre mer concerne les enfants âgés entre 6 et 20 ans.

Nombre d’enfant(s) à votre chargeRessources
1 enfant25 319 €
2 enfants31 162 €
3 enfants37 005 €
Enfant supplémentaire5 843 €
Plafond de ressources 2019 en fonction du nombre d’enfant(s) à charge valable à Mayotte

✏️ A noter : si vous n’avez plus la garde de votre enfant et que votre enfant a été confié par le juge au service de l’aide sociale à l’enfance, à un service ou à établissement sanitaire ou d’éducation, l’allocation de rentrée scolaire sera conservée au sein d’un compte bloqué de la Caisse des dépôts et consignation. Votre enfant pourra la réclamer à la Caisse des dépôt et consignation lorsqu’il sera majeur ou émancipé. Cela contribuera à l’aider financièrement à sa sortie du dispositif de placement.

Démarches à faire

Les démarches à faire varient selon si vous êtes allocataire ou non.

👉 Ainsi, si vous êtes allocataire et que vous avez déjà bénéficié de cette prestation, l’allocation de rentrées scolaire vous sera versée automatiquement. Elle vous sera versée pour vos enfants âgés entre 6 et 15 ans le 31 décembre suivant la rentrée scolaire.

👉 Vous devez déclarer que votre enfant âgé entre 16 et 18 ans poursuit toujours sa scolarité pour recevoir l’allocation de rentrée scolaire. A cette fin, il vous suffira de vous connecter à votre espace CAF ou MSA.

👉 Enfin, vous devez adresser à votre caisse un certificat de scolarité si votre enfant entre en classe préparatoire (CP) mais qu’il n’aura 6 ans qu’en 2022.

👉 Si vous n’êtes pas allocataire, il vous faudra remplir un formulaire téléchargeable sur le site de votre caisse pour formuler votre demande. Vous devrez l’imprimer et le renvoyer compléter à votre CAF ou MSA. Vous devrez joindre à ce formulaire, une déclaration de situation et une déclaration de ressources. Ces documents sont téléchargeables sur le site internet de votre CAF ou MSA.

💡 Bon à savoir : des simulateurs existent sur le site de la CAF et de la MSA. Ils vous permettent de tester votre éligibilité à l’allocation de rentrée scolaire.

L’allocation de rentrée scolaire : montant et versement

Le montant de l’allocation de rentrée scolaire varie en fonction de l’âge de votre enfant. Observez le tableau ci-suit pour voir le montant que vous pouvez bénéficier.

Âge de votre enfantMontant de l’ARS
6-10 ans370,31 €
11-14 ans390,74 €
15-18 ans404,28 €

💡 Bon à savoir : si vos ressources sont légèrement supérieures à ce plafond, sachez que vous pouvez recevoir une allocation de rentrée scolaire dégressive.

✏️ A noter : le versement de l’allocation de rentrée scolaire a généralement lieu courant août. Cette année, elle sera versée le 17 août !

Comme à chaque rentrée scolaire, l’école vous demandera une attestation d’assurance scolaire pour votre ou vos enfants. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’assurance scolaire, il vous suffit de cliquer ici !

L’assurance scolaire : faisons le point !

COMPRENDRE L’ASSURANCE SCOLAIRE

L’ESSENTIEL

  • L’assurance scolaire est un produit d’assurance qui assure vos enfants à l’école, pendant leurs activités scolaires et périscolaires.
  • Cette assurance couvre vos enfants en cas d’accident subi par un autre enfant ou causé par votre enfant.
  • C’est une assurance qui s’adapte à l’âge et aux différents besoins de votre enfant.

Vous vous demandez ce qu’est l’assurance scolaire ? Pourquoi souscrire à ce type d’assurance ? En quoi peut-elle vous être utile ? Quelles sont ses garanties ? Est-elle obligatoire ? Quel est son prix ? Aucune inquiétude à avoir, on vous explique tout ! Nous sommes là pour ça ! 😊

L’assurance scolaire : comment ça fonctionne ?

⛑ L’assurance scolaire est une garantie qui protège votre enfant contre l’ensemble des dommages qu’il aura causés ou subis à l’école. Cette est assurance est facultative. En effet, elle n’est pas obligatoire pour toutes les activités prévues dans l’emploi du temps de votre enfant.

Néanmoins, elle est exigée pour les activités facultatives en dehors des horaires de classe de votre enfant. Par exemple, tel est le cas des sorties scolaires, des séjours linguistiques et également des classes de découverte et bien encore, etc.

Elle est également exigée pour toutes les activités périscolaires. Ainsi, votre enfant ne pourra accéder à la cantine s’il n’a pas d’assurance scolaire. De même, il ne pourra aller à l’étude surveiller, à la garderie ou aux activités sportives organisées par l’école sans assurance scolaire.

💡 Bon à savoir : sachez que l’accès à votre enfant à ce type d’activité peut lui être refusé s’il ne dispose d’aucune assurance scolaire. De fait, il n’est pas inutile d’en souscrire une.

Quelles sont les garanties de l’assurance scolaire ?

Il existe des garanties de base et des garanties complémentaires. Nous vous les expliquons ici ! 👇

Les garanties de base

L’assurance scolaire est composée :

👉 d’une garantie responsabilité civile : cette garantie couvre l’ensemble des dommages causés par votre enfant.

👉 d’une garantie accident corporel : elle couvre votre enfant pour les dommages qu’il aura subis. Elle le protège également si la blessure est de son fait.

En fonction de la formule que vous choisissez, les garanties de l’assurance scolaire couvrent votre enfant pendant les activités scolaires et extra-scolaires. De plus, elles le couvrent également pendant son trajet entre votre domicile et l’école et entre l’école et votre domicile. Enfin, cette assurance le couvre h24 et sur toute l’année. De plus, l’assurance scolaire le couvre y compris quand il n’a pas école, pendant les vacances scolaires.

Les garanties complémentaires

👫 L’assurance scolaire peut vous proposer des garanties complémentaires. En effet, selon l’assureur et la formule choisie, vous pouvez également disposer d’une couverture en cas de vol des biens de votre enfant. C’est ce qu’on appelle l’aide psychologique en cas de racket ou d’agression. Mais ce n’est pas tout !

De plus, vous pouvez aussi bénéficier d’une aide pédagogique sous certaines conditions si votre enfant est malade. En effet, en cas de maladie ou d’accident, votre enfant peut être amené à manquer plusieurs jours d’école. De fait, l’aide pédagogique proposée par votre assureur, maintient à niveau votre enfant malgré son état de santé. Elle lui permettra de suivre le programme scolaire à son rythme et ce, depuis votre domicile. Ainsi, grâce à cette garantie, votre enfant ne sera pas en retard par rapport aux autres élèves. Cela lui évite tout type de décrochage scolaire.

Comment souscrire à une assurance scolaire ?

Vous pouvez y souscrire auprès de votre assureur habituel (logement, voiture ou autres). Par ailleurs, à la rentrée scolaire de votre enfant, l’école peut également vous proposer d’adhérer à un contrat collectif ou à un contrat suggéré par des parents d’élèves, etc.

Néanmoins, avant de souscrire à tout contrat d’assurance scolaire, il importe de vérifier que vous ne bénéficiez pas d’ores et déjà de ces garanties dans un autre contrat d’assurance vie. En effet, la garantie responsabilité civile scolaire, peut parfois être incluse dans votre assurance multirisques habitation par exemple. De même, vous pouvez la retrouver au sein de vos garanties individuelles accidents ou encore celles nommées garanties des accidents de la vie. Elles peuvent garantir les accidents subis ou causés par votre enfant lors de son temps scolaire.

Le coût de cette assurance varie selon l’assureur et la formule choisie. Il est en moyenne de 10 euros par an et par enfant. Vous pouvez éventuellement bénéficier d’une offre si vous souhaitez couvrir plusieurs enfants. Là aussi, cela varie d’un assureur à un autre.

💡 Bon à savoir : l’assurance scolaire est tacite reconduction. Ainsi, chaque année, à la date d’anniversaire de votre contrat, elle sera renouvelée automatiquement. De plus, votre attestation sera elle aussi, automatiquement mise à jour.

Il est possible de résilier ce type d’assurance. Pour en savoir plus, il vous suffit de cliquer ici !